Cul de jatte, n'est pas une vie.

Publié le par David de...

J'ai connu une "cul de jatte" qui faisait semblant d'être heureuse. J'avais droit à toutes les blagues avec des pieds. Des jambes aussi. Moins, des tibias.

Mais je me les suis toutes cognées ! Même quand j'ai proposé une valse à une dame, qui ne m'en offrait que la moitié.

J'acceptais en toute humilité, mais prévenait qu'elle me guide car je ne savais la danser.

Elle m'assurait toujours qu'elle veillerait toujours sur la position de mes pieds en imaginant les siens.

J'imaginais bien plus, mais à quoi bon ? Elle dédaignait le moindre de mes pas vers elle. Peut être était-ce parce qu'elle en était dépourvue ? De jambes que j'aurais accueillies et m'enserrent les reins. Qu'elle 'emprisonne à jamais à elle.

Hélas, je n'étais point l'élu ni l'élligible.

Je ne pouvais me contenter que de la supprimer, la détruire.

L'anéantir, quoiqu'il advienne de moi.

J'ai été jugé pour crime passionnel. J'en ai pris 10 et je suis libérable dans 2.

Si vous voulez tuer quelqu'un, arrangez-vous pour le haïr passionnément.

 

David de....

Commenter cet article