Ma vie est un drame: suite.

Publié le par David de...

Le canon du Beretta 9mm me caresse la tempe. Sur son flanc, mais parfois, il s'arrête. Se redresse et je sens toute son extrèmité contre ma peau. J'entends le chien qui se dresse, accompagné de son cliquetis. Puis se tait, en l'attente du verdict.

Il est sans appel: Moi, David de...résident ciffouti les oies, déclare avoir été inutile pendant bientôt 42 ans.

Je suis un parasite, une plaie qui ne cicatrisera qu'à ma mort.

C'est pourquoi, je vais me donner la mort (vous pouvez toujours rèver, je vous ferais chier jusqu'au dernier souffle. J'ai déjà les noms), ne tirez pas la chasse, je vous aime même si vous me le rendez moins.

Le canon, comme le mec au bout, a l'air d'hésiter.Ils auraient peut être dû le soumettre au test du "gars prêt à crever un semblable pour une poignée de dollars"

Il parait que c'est possible. Pour beaucoup moins cher.

Il y a des gens si détestables, que je regrette ma vocation.

Je me souviens d'une conversation avec une idiote,que j'ai cru intelligente, ne vous fiez pas au regard: il y en a qui ont l'air censé, méfiez-vous!)

Publié dans Littérature

Commenter cet article