On est tous des cow boys. On a tous bouffé son cheval.

Publié le par David de...

D'ailleurs, je le sens : je cours beaucoup plus vite ! D'où l'expression.

Je gallope.

Il y a des boucheries chevalines, ce ne doit donc pas être si grave.

C'est le principe qui compte. Imaginez:

- Voilà ta viande de porc, Marcel ! Comme ton père !

 

Qui sait ce qu'ils sont capables de nous faire bouffer...Les farines animales sont de nouveau autorisées. On veillera à ce que les vaches mangent de la farine de poisson et les poissons, de la farine de boeuf. Du moment qu'il n' y a pas de cannibalisme ( il leur arrivera de s'emmêler les farines de temps en temps, sûr).

Même si çà n'arrive pas dans la nature : on ne verra jamais une vache bouffer du poisson, ni un poisson bouffer de la vache, mais bon.

Au point où on en est, on n'est plus à une connerie près.

Publié dans Informations-politique

Commenter cet article