Une mort à part.

Publié le par David de...

J'ai connu un monsieur qui a gardé le sens de l'humour jusqu'à la fin.

Il vivait plus ou moins seul : une femme s'occupait de lui, faisait ses courses, etc...et les poches de temps en temps, quand elle l'avait bien soûlé.

 

Il était infirme d'on ne sait quel handicap, sinon un oeil de verre, et touchait ainsi une indemnité suffisante pour se payer une bicoque, qui lui importait guère, mais avait acroché pour le nom du village : Paars.

 

Mort à Paars. Comme il avait vécu toute sa vie à part, il s'est dit qu'il pouvait bien mourir à Paars, comme on ferme une parenthèse.